vendredi, 10 novembre 2017 16:28

Philosophie du sport : Sébastien Martin, pas un sportif du Dimanche

Philosophie du sport : Sébastien Martin, pas un sportif du Dimanche Badminton Photo (Merci Raph' Sachetat !)

Premier défi : trouver une catégorie à cette interview. Badminton, pourquoi pas ? Personnage, cela collerait bien. Handisport, non ce n’est pas le thème. Ce sera donc « Philosophie du sport ». Sébastien Martin est connu dans le microcosme du Badminton. Formé à Lisieux et passionné depuis ses premières poussées de poils de barbe, il a écumé les compétitions individuelles régionales avec son club de cœur pendant quelques années. Seulement, depuis quelques années, il a franchi un cap en côtoyant le gratin européen et même mondial du Badminton, en fauteuil dorénavant. Rencontre avec un Français, Normand, Calvadosien qui partira aux Championnats du Monde en Corée du Sud dans moins de 10 jours.

 

La Bulle : Tu as collecté ton 4ème titre de vice-champion de France consécutif et demeure le No 2 Français dans ta catégorie WH1 (fauteuil et « sans abdos », on y reviendra), certains média te collent l’étiquette de « Poulidor » du bad, avec un David Toupé gênant car No1. T’as jamais eu l’envie irrépressible de lui enlever les roulettes de stabilisation ou de lui mettre un bâton dans les roues ?

Sébastien Martin :  (rires gênés mais inquiétants car il y réfléchit sérieusement le bougre…) Non, David est quelqu’un que je côtoie depuis longtemps et que j’apprécie mais c’est vrai qu’à un moment tu te retrouves bloqué (aucune allusion à Orelsan). J’espérais le rattraper un peu et le pousser un peu en simple. J’ai eu l’impression de toucher un peu ce niveau quand je perds 21/18 21/19 en finale, il y a de cela 2 ou 3 ans. Seulement, cette période a correspondu à mon installation professionnelle comme audioprothésiste et au fait que David ait été pris en charge par la fédé. L’écart s’est fatalement recreusé. Ce n’est plus un repère pour moi.

David Toupé, 4 fois champion de France, champion d'Europe et Champion du Monde 2013                Crédit Photo Badminton Photo

LB : Outre les podiums en Championnat de France, ton palmarès est pas mal à l’international !

SM : J'ai décroché l'argent en Double Hommes et le Bronze en Simple aux championnats d’Europe 2012 et j’avais atteint les quarts de finale aux championnats du Monde en 2015 donc c’est vrai que cela permet de vivre des expériences excellentes.

LB : Justement sur les prises en charge des coûts financiers pour les tournois à l’étranger, quelques sponsors te soutiennent ?

SM : Pas un, je finance tous mes frais depuis 10 ans. Mon club d’Ifs est sensibilisé et m’assiste dans ma pratique et j’aurai peut-être un financement du Comité Handi du Calvados mais cela reste marginal. Pour les JO de Tokyo, c’est justement une question que je me pose en terme de financement car les tournois sont rares et éclatés dans le Monde (Emirats, Ouganda, Turquie, Brésil Japon, Indonésie, Pérou, Australie pour citer les exotiques) donc, comme je ne sais pas me vendre, il me faudrait un commercial à qui je verserais des commissions !!

 

Crédit Photo : Badminton Photo

LB : On t’a vu rejouer en « valide » (tournois ouverts à tous) l’an passé, cela fait plaisir à beaucoup de joueurs et permet d’appréhender les spécificités du fauteuil. Vas-tu continuer et te sens-tu missionné pour promouvoir le parabad ?

Oui, clairement, j’aime bien faire des interventions dans les établissements scolaires ou dans les autres clubs pour parler de notre pratique en fauteuil. Jouer avec les valides, je le fais à l’entrainement à Ifs donc j’ai l’habitude. Ce week-end d’ailleurs en jouant en interclub, l’un de mes coéquipiers s’est blessé lors d’une rencontre et j’ai donc dû être aligné en simple. Pour plaisanter, j’ai proposé de jouer avec les règles parabad (NDLR : sur demi terrain, avec une limitation en longueur pour simplifier).

Mon adversaire était très sympa et intrigué et il a accepté. Bon, j’ai gagné assez facilement !! Ce n’est pas si facile de jouer avec ces contraintes pour lui mais c’était très sympa de sa part. (NDLR : dans l’autre cas, avec les règles des « valides », le terrain est trop complexe à couvrir en fauteuil sur les déplacements latéraux).

Le but de jouer dans ces clubs et écoles est de casser des frontières.

LB : Revenons au jeu en fauteuil, c’est quoi le plus dur, les contre-pieds, les amortis ou saluer l’adversaire quand on lui a mis une rouste ?

SM : Pour l'allusion à l'accolade entre joueurs, c'est toujours un moment sympa, on ne s'emmêle pas trop les fauteuils. Réellement, le plus compliqué, c’est d’être dépassé au fond et de devoir envoyer un dégagé au fond à son tour car si tu joues court à ce moment, tu es perdu. Sur ce geste technique, on compense le manque d’abdos par de bons réglages d’attaches sur le fauteuil mais les torsions sont parfois impressionnantes. David Toupé et moi sommes connus pour jouer avec ces torsions fortes, les asiatiques s’y mettent aussi de plus en plus.

 

LB : Quelle transition, de l’Asie à la Corée, c’est donc en Corée du sud que se dérouleront les championnats du Monde cette année, tu décolleras bientôt pour Ulsan où tu joueras en … WH2, fautes de points et qualifications en WH1. C’est si différent ? (Question ingénue mais les abdos en valide sont parfois absents aussi).

Oui, il y a une grande différence pour frapper un volant et faire un effort en général si on a des abdos ou pas.

En parabad, on a les catégories suivantes :

WH1: joueur en fauteuil « sans abdominaux »

WH2 : joueur en fauteuil « avec abdominaux »

SL3 : joueur debout ayant un handicap touchant un membre inférieur et ne pouvant pas courir.
SL4 : joueur debout ayant un handicap touchant un membre inférieur et pouvant courir
SU5 : Le handicap membre supérieur (debout)

SS6 : Les personnes de petites tailles (debout)

Sachant que pour les Jeux Olympiques, le nombre de médailles et d’athlètes seront limités donc on n’aura pas de double mixte pour tout le monde.

Extrait de la finale Double hommes du Championnat de France 2014 :

LB : Tu joueras en Corée du sud en simple hommes et en double hommes avec un indien a priori. Il est bon ? Quelles ambitions as-tu ?

Oui, il est bon mais l’ambition unique c’est de ne pas avoir de regrets sur les matchs que j’aurai en simple et en double. Tout donner et prendre du plaisir sur le court, les résultats viendront forcément avec.

LB : Que diras-tu à Kim Jong Un si tu le croises en transit à Séoul (que ferait-il là, elle est complétement bizarre ta question ? lit-on dans ses yeux)

Conscient de l’importance géostratégique de sa réponse, Sébastien prend un air mystérieux et le temps de la réflexion pour prononcer ces mots qui resteront sans doute dans l’histoire comme sa dernière provocation contre le leader despotique : « Je lui enverrais bien un missile de 5 grammes en pleine tête mais il me semble un peu nerveux le monsieur ».

 

LB : Pour conclure notre entretien, nous revenons sur ce projet olympique Tokyo 2020 et pourquoi pas Paris 2024. Pas envie d’un gros défi ?

SM : Je me pose clairement des questions. Je ne serai pas trop vieux car il n’est pas rare de voir les meilleurs mondiaux arriver à maturité à 40 ans. Une des clefs résidera dans les ressources financières nécessaires pour acquérir les points et se qualifier. J’ai 10 ans de compétitions auto-financées, il faut comprendre que ce ne sont pas des choix neutres mais comme mes pieds ne touchent pas Terre, donc je peux rêver.

Cette fulgurance poétique faite, je reste interdit devant l’à propos de la saillie littéraire du champion, du philosophe, devrions nous dire car c’est bien de cela qu’il est question. Comme tout est dans la sémantique, Séb n’est pas un fan du mot « handicap » car il y voit plus une différence. Comme c’est un pragmatique, il attend toujours sa dépression post traumatique promise par tous car « elle n’est pas venue en 12 ans ». Comme c’est une force qui va, il sait profiter de ses différences et en faire des atouts. Comme c'est un champion et qu'il a bien répondu brillamment à ces questions, on lui offre un souvenir précieux :

Lu 2743 fois Dernière modification le vendredi, 10 novembre 2017 20:46
Connectez-vous pour commenter

Contact

06.84.04.46.44
  bienvenue@labulle.club

FAX en congé

Minitel en réparation