mardi, 30 janvier 2018 11:30

Volley N2 : Hérouville, l'enfant terrible se donne de l'air

Amour, joie, bonheur, communion. Amour, joie, bonheur, communion.

Dans la famille « je joue avec les nerfs de mes fans », je voudrais « l’enfant terrible du volley normand ». Tiens, voila le Volley Club Hérouville. Tel un adolescent en pleine poussée féroce d’acné et de pulsions hormonales de rebellions ou de jm’en foutisme, le VCH vit depuis 2 ans une période compliquée. Certes, cela correspond à son accession à la Nationale 2 mais on sent que le pallier est complexe à franchir, au moins pour l’équipe phare masculine. Ce week-end, le VCH n’a pas fait dans la dentelle en exécutant Chateaudun pour les passer au classement. Mais les parents de l’ado restent vigilants car l’année scolaire est encore escarpée et les avertissements pour comportement du premier trimestre doivent n’être qu’un vieux souvenir.

 

Les joueurs étaient remontés à l’abord de ce match contre le repéché Chateaudun. Hérouville sortait de quelques matchs compliqués, en coupe de France contre les stars d’Halluin, contre le leader Conflans puis leur bête noire Asnières. Leur emploi du temps leur prévoyant des rencontres plus clémentes, la pression du résultat ne s’en faisait que plus prégnante. En outre, à l’aller à Chateaudun, Hérouville avait vécu un réel cauchemar en prenant 3 sets à 0 sur « un vrai conte de fées pour eux, les ballons rebondissaient sur leurs épaules, tout rentrait et la réussite était au max, on n’a rien compris à ce qui nous arrivait ! ».

L’ado est impulsif et Hérouville assume tout de suite son envie et sa détermination à « les exploser ». Incisifs et velléitaires, le VCH retrouve ce sentiment de domination à domicile qui les habitait lors de leur séjour triomphant en N3. Il faut dire que Chateaudun, en face, affiche un visage bien maigrelet et poussif. Le gap est immense entre cette équipe et les précédents adversaires cités ci-dessus.

Ahmed Harzallah a pu s'exprimer avec moins de pression dans son rôle de chef d'orchestre à la passe

Les points s’entassent et aucune frayeur ne fait frémir le VCH. Ahmed Harzallah a visiblement changé de recette ou de protocole à la passe et régale les centraux, en particulier Nicolas Moudingo, AKA l’allumeur de cierge Hérouvillais. Comme à la belle époque, facilité par la qualité moindre du bloc adverse, les bruits sourds et lourds du central ponctuent et scandent ce match tel un bassiste rythmant une partition de groupe bien huilé. 25/16 25/20 puis 25/16, peu de suspense mais cela ravit à la fois les joueurs et le public qui se satisfont bien tous de gagner 3 points sereinement.

Le morceau de musique trouvera son petit riff au 3ème set quand le même Moudingo se permit le luxe d’allumer une double bougie sur une attaque au centre. Deux têtes Dunoises ont donc légèrement dodeliné sur un même smash, un délice pour les yeux (pas de gravité sur l’intégrité physique des lascars).

L’ado avait bien révisé et a bien bossé cette semaine mais le maintien n’étant toujours pas acquis, la pression demeure, et ce, dès dimanche prochain à St Maur, lanterne rouge de la Poule contre qui il faut impérativement les 3 points. Il sera intéressant de confirmer cet état d’esprit conquérant à l’extérieur, notamment si l’opposition se fait plus véhémente.

Il est libéré Max, yen a même qui disent qu'ils l'ont vu rigoler !

Premiers éléments de réponse dimanche vers 19H…

 

Bonus avec la célèbre célébration : 

Contact

06.84.04.46.44
  bienvenue@labulle.club

FAX en congé

Minitel en réparation