lundi, 13 novembre 2017 18:18

Volley N2 : Hérouville se rassure en coupe de France

Week-end de Coupe pour les volleyeurs. La Fédé a scindé les coupes de France en 3 catégories, l’une pour les joueurs Pro, l’autre pour Elite/N2 et la dernière pour N3/Prénationale. Le VC Hérouville entrait donc dans la compétition face à une autre équipe de N2, elle aussi mal en point dans la même poule : l’AS Chantepie. LE 10ème contre le 12ème pour s’aérer l’esprit, pour se rassurer et regagner un peu de confiance. Victoire à l’arrachée pour les Calvadosiens qui passent le tour mais que ce fut dur et laborieux !!

 

Chantepie n’avait pas mis beaucoup de pression à ses joueurs car l’armée des banlieusards rennais n’était composée que de 6 guerriers…  Pas de coach, pas de libéro et pas de remplaçant. L’ambition était affichée. Rigolards et décontractés du short, Chantepie a donc emmené le local de l’étape, Nicolas Godard, formé à Luc sur mer et ayant porté les couleurs du VCH il y a quelques années. Leur libéro habituel se muait en homme à tout faire, notamment au centre et seuls les poètes Valentin Marc et Nathan Biteau (ex-coutançais) assuraient une touche N2 à l’effectif.

En face, l’effectif était là avec 4 centraux mais Bastien Barraquet allait assurer le portage d’eau entre les sets pour soigner sa cheville endolorie tandis que Niels Philippe-Daniel se prépare toujours à son opération de l’épaule (comme il n’aime pas les piqures, on va arrêter d’en parler dans chaque article).

L’objectif de faire tourner était affichée d’entrée avec l’alignement d’Antonin Desheulles et de Paul André dans le 7 majeur.

Appréhendant mal le nouveau revêtement de la salle (d’où la fermeture d’un mois et la succession des matchs joués à l’extérieur), Hérouville balbutie son volley et se fait cueillir par un Nicolas Godard explosif et polyvalent. 17/25 gloups !

Remise à jour des pendules dans le set suivant avec l’entrée des grognards (rien à voir avec Harry Potter, point de balai autorisé, c’est pas du quidditch) Antoine Bachelet et Max Le Berre. Ce match de coupe, qui aurait pu être considéré comme un super entrainement, se transforme en du hourra volley. Le passeur Ahmed Harzallah, toujours combatif mais handicapé par une douleur lombaire visible par intermittence, perd le fil du match et confond « match de coupe » avec « exhibition show-time ». La sanction est immédiate et le jeune éphèbe de Sousse est remplacé par « il profesore » JB Jules.

Ahmed Harzallah, dont le déhanché légendaire est en danger avec un dos capricieux

Plus académique, Jules remet de l’ordre dans les schémas tactiques hérouvillais, ce qui se traduit par une victoire dans les 2ème et «3ème sets 25/17 25/23. Le plus dur est fait ?

La Batucada féminine rythme bien heureusement l’atmosphère frisquette et terne d’un 11 novembre aux bancs parsemés, sans doute la faute au match du XV de France face aux all-blacks et à la fessée promise. Antonin Desheulles souffle le chaud et le froid, alternant des attaques croisées cinglantes avec des tests de solidité du filet infructueuses. Le pointu est dans le brouillard ce soir et n’apporte pas son écot attendu.

Ahmed Harzallah, sous les yeux d'un Nicolas Moudingo moins utilisé que d'habitude et Paul André, actif au 1er set au centre.

Contre toute attente, Ahmed Harzallah reprend sa place, non pas que l’on doute de son aptitude à orchestrer l’équipe mais l’économie de son dos constituait une bonne raison de le faire souffler. D’un point de vue comptable, le passeur fait montre d’une précision diabolique au service et joue les zones pour triturer la réception adverse. Une avance confortable, l’ensemble des spectateurs se dit que le match touche à sa fin et qu’il va être possible de voir tranquillement Sony bill Williams mettre 3 ou 4 essais aux tricolores… C’est sans compter sur le pénible Nicolas Godard, naturalisé Breton, qui rentre en mode FIRE et enchaine 3 contres, 2 attaques laser et 2 attaques en fixe devant les Normands gentils et spectateurs.

A croire qu’un élément manquait à cette soirée ! Vous l’avez deviné, la substantifique moelle de l’ADN Hérouvillais se nourrit des interventions vocales musclées de Benjamin Meuriot. On ne va pas au concert de Thiéfaine sans se trémousser devant « la fille du coupeur de joints », idem pour un match à Daniel Huet.

Après ce set casquette perdu 23/25, le tie-break est inéluctable. Les ondes de la gueulante susnommée ayant atteint l’hémisphère droit de ses camarades, Ahmed Harzallah réitère sa série victorieuse par 5 services vicieusement délivrés (le récep Valentin Marc en refait les frais et est sorti de la récep pour la 3ème fois) qui mettent l’équipe Normande sur d’excellents rails.

15/8 au final pour un passage au tour suivant et, curieusement, les hommes bleus sortent un brin chafouins de cette victoire. C’est pourtant une seconde victoire consécutive, après 5 revers !

Sam Haddeck, pourtant fatigué a proposé une réception de qualité

Les 1/16èmes de finales auront lieu le 9 décembre prochain, l’occasion de retrouver d’autres clubs connus ayant passé l’écueil du 1er tour : Harnes, Sartrouville, Amiens, Fleury ou Chateaudun…

Retour au affaires en championnat dès dimanche prochain, le 19 novembre à 15h à la maison, avec la réception de l’AC Boulogne Billancourt, redoutable cette année.

Samedi soir, les joueurs sont donc repartis de ce nouveau gymnase flambant neuf, comme de bons pères de famille ou de jeunes étudiants studieux. Puisse le repos mérité permettre aux blessés de panser leur plaies et à l’équipe normande fanion de confirmer sa légère embellie qui la mènerait au maintien. Amen !

 

 

En bonus, la célébration "Harzallah" qui emmène le public à chaque célébration

Contact

06.84.04.46.44
  bienvenue@labulle.club

FAX en congé

Minitel en réparation