mardi, 23 janvier 2018 11:38

CBC ProB : elle fait du bien !

Caen Basket Calvados a gagné contre Vichy. Ok mais un peu réducteur si on ne se fie qu’au résultat. Un speaker qui fait un tour de parquet comme possédé, une salle surchauffée qui fixe la barre haute pour une future Arena en terme d’ambiance, une remontée des familles et un scénario abracadrantesque dans les 3 dernières minutes. Ce Caen-là n’a pas seulement une abnégation et un cœur, il a une résilience à toute épreuve.

Ils sont en sang et or et ont sans doute un vaillant public eux aussi. Vichy-Clermont arbore une tenue chatoyante qui allie l’eau de la ville sourcière au ton célestin à la cité des Volcans d’Auvergne. Si le CBC est dans une passe compliquée en enchainant les revers étriqués depuis les absences successives et conjuguées de BJ Monteiro, Gregg Thondique et Marc-Eddy Noriela, leurs hôtes d’un soir sont sur une méchante série de 6 défaites de rang. Ce sera donc la fin d’une mauvaise série pour l’une des 2 équipes.

Quand Ludovic Chelle allume la première mèche à 3 points au bout de 8 secondes, que Jarvis Williams se fait un concours de dunk à lui tout seul, on se dit que le CBC prend la rencontre par le bon bout (de la mèche sinon ça brûle). Vichy la joue big men avec ses grands intérieurs Kone  et Bronchard et prennent un nombre considérable de rebonds offensifs. Caen s’en sort avec une belle adresse de loin et vire en tête au premier quart temps 24/20.

Deuxième quart qui marque l’impact de Koné. Bastien Vautier n’a pas le coffre pour contrer le géant jaune et les blocs au rebond sont pour ainsi dire absents. Vichy prend la main rapidement (dès la 12ème minute) et fait mal aux locaux en provoquant des fautes sur les intérieurs caennais.35/42 à la pause.

David Ramseyer a fait une entrée musclée en défense. Anecdote amusante sur un fait de jeu anodin, le jamaiquain TJ Sapp semblait complétement ignorer la règle d’alternance en cas d’entre deux. Ludovic Chelle lui a expliqué gentiment ;o)

Curieusement, à l’entame de la seconde mi-temps, Vichy change sa compo et son style de jeu. Beaucoup plus small ball, l’accent n’est plus mis sur le jeu dans la peinture qui leur a tant réussi.

Encore une ligne de stats monstrueuse pour le speaker du CBC Pierre Salzmann ! 

Caen reste au contact grâce notamment à un Thomas Cornelly solide et réel maître du jeu normand. Son alternance de distribution fut un régal pendant cette soirée et ses prises de décisions au shoot souvent payantes et clutch. Ce 3ème quart se conclut à 58/65, Caen se rapproche d’une défaite à la maison qui ressemble à un début de crise.

Cœur, abnégation, résilience… Pas un soupçon de panique, de doute ou de renoncement ne transpire du visage des CBCistes ou de leur coach Hervé Coudray qui gère le temps de jeu de son effectif avec tact et sans doute l’appréhension des intérieurs bien chargés en fautes.

Début de l’ultime épisode pas du tout à l’avantage de Caen qui se trouve à -13 (60/73) à la 33ème minute… Ça pue !!! C’est évidemment le moment choisi par les scénaristes de série américaine pour prendre en main le fil du match.  Jarvis Williams artille tel un Bruce Willis à qui il ne resterait que quelques minutes à vivre : -11 puis -7 puis -1 à une encablure des auvergnats !!! L’homme sel Pierre Salzmann a passé la seconde et harangue une foule bouillante qui sent la rémission en cours. Vichy réagit quelque peu, tel un canard à qui on aurait coupé la tête, mais on sent la bête blessée et plus du tout sûre de son basket. L’égalisation inéluctable intervient à la dernière minute du match. Les Caennais ne peuvent plus perdre ce match et enfilent les points comme des pâtes à l’abord de la fête des mères en classe maternelle. L’arbitre prend Koné en grippe et le sort sur une technique. On espère que l’officiel a une bonne assurance-vie car le lascar de 7 pieds (2,1 m) semblait passablement courroucé.

 

Hervé Coudray s'interdit de regarder les pom-poms. C'est une hygiène  de vie qui a  payé ce WE !

Fin en Champagne avec un public happy et bruyant. Les volcans d’Auvergne sont morts il y a bien longtemps et sont rejoints par son équipe de Basket qui va un peu galérer à se remettre d’un tel match perdu.

Côté Caen, c’est le groooooos soulagement. Les visages du staff et du public sont euphoriques et soupirants. Les joueurs passent un temps monstre avec leurs jeunes fans, ne comptent pas les selfies et signatures et partagent leur chute d’adrénaline. Thomas Cornelly nous confie « On en avait besoin, ca fait super du bien ! ». Tu m’étonnes ! L’état d’esprit du CBC fait un bien fou et on imagine le bonheur de voir le boulot récompensé pour tous ces grands gaillards.

 

Les joueurs ont pris le temps de pose avec leurs fans. Un Thomas Cornelly exemplaire sur et hors du terrain !

2 derbies à venir avec un match à la Kindarena contre Rouen ce WE puis la réception d’Evreux le 2 février, 2 équipes voisines en Normandie et en classement.

Plus dans cette catégorie : Basket N3 : Douvres en ogre paisible »

Contact

06.84.04.46.44
  bienvenue@labulle.club

FAX en congé

Minitel en réparation