mardi, 27 mars 2018 15:05

Floorball D1 - Caen flambe à la maison !

Floorball D1 - Caen flambe à la maison ! Julien Bonnet fut précieux ce WE

Caen Floorball était de réception ce WE avec la venue de Rouen, Amiens et IFK. 2 gros matchs au menu contre les derniers cités qui furent maitrisés  de bout en bout par les locaux. Samedi, Caen corrige Amiens 10/0. Dimanche, le pensionnaire de D1 montre ses progrès en tenant tête à IFK, figure illustre du Floorball français et 5 fois champions de France sur le score de 5/5. Mais comme d'habitude, ce qu'on retiendra, c'est encore une fois l'atmosphère extra fair-play de ce sport qui monte et qui mérite le détour à Fontaine Etoupefour !!

 

Les visages sont radieux dimanche midi à la sirène retentissante qui clôt ce match contre IFK. Les équipes se partagent les points mais Caen jubile et célèbre ce match complet, acharné et de toute beauté pendant lequel ils ont fait jeu égal avec le premier club de France. Premier en âge car il fut fondé en 1989. Premier en palmarès en ayant remporté 5 fois le championnat Français et 5 fois la deuxième place et premier tout court de la conférence Nord en ce moment au plus haut échelon d'interclubs. 

 

Quand l'ex-coach Benjamin Stéphan est content, il ne vomit pas mais là, il était bien content.

Ayant pris quelques raclées auparavant, Caen redoutait une nouvelle fois une pluie de buts de la part de cette équipe historiquement et hautement scandinave (leur premier terrain de jeu était l'ambassade de Suède à Paris !). Cosmopolite comme la ville lumière, ce collectif abrite beaucoup de suédois, un letton, un slovaque, un allemand, un finlandais et quelques français. Loin des clichés de la tour de Babel ou d'une cacophonie imaginable dans les dialectes usités, leur jeu respire la fluidité. Alors quand IFK ouvre la marque en pleine lucarne dès le début de 1er tiers-temps, le public plisse des yeux et serre les dents (mimique connue de tout bon apopathodiaphulatophobe). Sur le terrain pourtant, pas d'affolement, les systèmes sont répétés calmement et la défense serre les rangs.

Quentin Mariette  a eu du client ce dimanche en défense

IFK joue viril et une première pénalité de 2mn tombe logiquement. Caen profite de cette aubaine et de la supériorité induite pour recoller rapidement au score par David Alin qui dévie le tir de David Gardinier. 

Un des vikings se prend un coup de crosse qui l'oblige à sortir soigner sa bouche sanguinolente : "Skol ofenstrü !" dit-il à sa douce. Un message d'amour ? Ah ben non je suis sot, c'est du suédois !!! 

 Les 2 équipes se rendent coup pour coup. IFK marque en infériorité mais Marnay remet le compteur à 2/2.  David Alin en remet une couche et marque un splendide but pour prendre l'avantage. Les constipés de la première heure se détendent dans les travées du gymnase de Fontaine- Etoupefour (aucun commentaire sur les laxophobes, l'éthymologie est plus explicite). 

IFK monte alors la pression d'un cran, tels des vikings excédés qui veulent raser un village et qui font face à une résistance innattendue.  Toujours corrects, les contacts se font un poil plus virils et les barrières de protection voient leur résistance et leur élasticité testées par les héritiers d'IKEA (pas IFK, hein !). Dans les cages, on a un grand Doudou !! Le portier caennais Guillaume Dupas multiplie les prouesses réflexes omeyeresques et joue un rôle prépondérant dans ce match de haute lutte.

Malheureusement, il se troue durant 1 seconde (se demandant sans doute s'il a bien éteint l'aspirateur) et cette inattention dans la relance se paie cash par l'égalisation parisienne. Pas mérité sur sa prestation d'ensemble, le barbu a le mérite d'oublier de suite cette erreur et de rester dans son match. Classe ! 3/3 donc tout reste à faire dans ce 2ème tiers temps. 

Le niveau technique des parisiens est impressionnant. "Les suédois jouent au Floorball depuis tout petit, ce sont des monstres en maniement." Tu m'étonnes John ! Nils et Joakim manient la crosse comme une baguette de chef d'orchestre, avec tact et délicatesse et les bougres se trouvent les yeux fermés comme des chauve-souris dans une cave. IFK marque sur une contre-attaque. Réponse juste avant la fin du tiers-temps d'un but de Célestin Guillouet !!

4/4 avant le dernier opus. Ca va chauffer !!

Et à la fin, personne ne perd

Les 2 équipes haussent encore le ton dans cet ultime acte. Doudou Dupas est au four et au moulin.  Dès la 3ème minute, Célestin Guillouet met les siens devant en reprenant de volée un tir de Quentin Mariette. L'exploit est en vue, les parisiens vont pousser sur les cages caennaises et égaliser à 5/5 à la 15ème minute. Au buzzer, c'est le soulagement pour Caen qui fait un de ses meilleurs résultats en championnat et assure son maintien.

Les accolades sont toutes fraîches, les hugs sincères et prolongés que les équipes se mettent en place pour le cérémonial qui fait l'ADN du floorball : la cérémonie des capitaines. On vous en donne un extrait : 

 

Ah, si les fédérations, ligues ou comités pouvaient copier ce moment simple qui amène chaque sportif à se recentrer sur l'essence de sa venue dans le stade ou le gymnase : se dépenser et s'amuser.

 Vincent Grieu n'arrivait pas à enlever son sourire banane après le match :" On est super content car on assure le maintien à la maison. Les gars ont fait du super boulot. IFK c'est super costaud et on arrive à jouer notre jeu sereinement. Doudou nous sort plein de tirs, il a été excellent. L'enchaînement des WE est étrange car on souffle le chaud et froid. Gros WE à Lyon avec 2 victoires, on se déconcentre à Rouen en perdant 6/3 et là, on fait un WE de rêve à la maison. En plus, on a les juniors qui cartonnent donc cela donne envie."

 

 

 

Plus dans cette catégorie : « Floorball : WE élitiste à Caen

Contact

06.84.04.46.44
  bienvenue@labulle.club

FAX en congé

Minitel en réparation