mercredi, 23 mai 2018 12:20

France Elite Gym : Tout en souplesse

Des juniors aux élites, Caen a bouffé de la poudre ce samedi. Digne d’une boulangerie, les tapis rouges de Caen se sont vus parsemés de magnésie pendant que ceux de Cannes l’étaient d’une autre poudre blanche. Pourtant les stars avaient fait le déplacement et même si leur aura est bien moindre que les sports plus médiatisés, la cote de Samir Aït Saïd est mignonne.

Outre les spectateurs gymnastes du Nord-Ouest qui n’ont pu résisté à la tenue de championnats de France dans la capitale de la tripe, les sportifs curieux ou badauds qui avaient misé sur un WE pluvieux et donc réservé leur place avaient tous en tête la terrible blessure de Samir aux JO de Rio et sa think positive attitude si inspirante.

 

A peine arrivé à Caen, Samir fut assailli par les demandes d'autographes !!

Toujours aussi souriant qu’après son opération sur un lit d’hôpital, Samir fait le job sans se forcer, content d’incarner l’image de la gym hexagonale avec sa fraicheur de gamin conscient de la chance qu’il a de bouffer sa passion avec des broches dans le tibia. Selfies, photos, sourires mais concentration déjà.

 

Ce championnat montait crescendo avec les jeunes puis les espoirs avant les élites.

Déjà embarqués dans des figures alambiquées, les espoirs restent très liés à leur coach, notamment chez ces demoiselles, gentiment couvées par leur formateur avant d’être livré en pâture aux DIMA. 1 minute 30 pour jouer une saison d'entraînements  durs et exigeants, 1 minute 30 face à des juges dont la sentence s'est quelque peu objectivée depuis un moment. Les regards sont aiguisés et scandent les prestations en couchant sur les feuilles de scores un langage constitué de lettres grecques, de hiéroglyphes et d'idéogrammes.

Actualité - Formation de juges en gymnastique artistique ...

On vous laisse imaginer la lecture amusée des profanes qui observent les observateurs. A chaque rotation, les gymnastes déroulent leur rituel mais il est un moment terrible et différent à chaque agré. Ce moment d'attente plus ou moins long avant le signal du juge principal pour débuter son mouvement. Le ou la gymnaste traque le signe de tête ou le regard approbateur de la table et des bourreaux. Les juges peaufinent les notes du précédent compétiteur et ne prêtent pas encore leur attention à la boue de stress qui boue de pouvoir délivrer sa prestation.

 Puis c'est le mouvement, répété des centaines de fois, agrémenté d'arabesques adaptées parfois à un atterrissage compliqué sur le dernier flip. Les figures imposées qui passent, le masque souriant de mise et les frayeurs quand la vitesse d'exécution est trop grande ou trop lente.

Dans tous les cas, chez les juniors, ce moment succédant à la fin de l'exercice où le ou la coach accoure et réconforte et/ou félicite son poulain.

"Tu ne pleures pas !" aussi péremptoire qu'efficace. 

Les coachs de Sainté nous confiaient être aux petits soins avec les juniors " On est beaucoup dans l'affect dès la fin de l'exercice, souvent le calin est important et réconfortant. Par contre avec les séniors, on est déjà dans le professionnalisme."

Eric Hagard, hyper attentif à ses jeunes pousses

 

Emilie Roy de Marseille  insuffle une bonne dose de "patate" à ses ouailles !!

 

La gym sous tous les angles

 

Aie confiance

 

 Ces championnats de France se sont achevés avec la confirmation des champions d'aujourd'hui : Mélanie De Jésus Dos Santos impériale et de stature assurément internationale. Julien Gobaux en mode cannibale omnivore. Il a marché sur ses adversaires et sur tous les agrés avec détermination.

Samir Aït Saïd repart avec son 9ème titre, aux anneaux, Lorette Charpy se sort admirablement de la poutre avec un titre mérité. Loris Fraska profite d'un saut compliqué pour Samir pour l'emporter, Morgane Ossyssek gagne le saut.

Contact

06.84.04.46.44
  bienvenue@labulle.club

FAX en congé

Minitel en réparation